SANTO ANTAO

Cette situation extrêmement explosive, qui touche principalement les jeunes, provoque des conflits sociaux dans la communauté et dans les familles, puisque les enfants et leurs droits élémentaires en sont souvent affectés. Des conditions de vie difficiles et une lutte constante pour la survie ont par le passé conduit des milliers de citoyens à l'émigration. Ils ont été contraints de laisser derrière eux leurs parents âgés et leurs enfants. Le reste de la population vit des hauts et des bas émotionnels entre des adieux douloureux et un retour heureux.

Santo Antão est la deuxième plus grande île, par sa superficie, de l'archipel cap-verdien. En raison de ses montagnes majestueuses, les pluies sont fréquentes en hiver. Par conséquent, le paysage, principalement dans le nord de l'île, est façonné par l'agriculture, la activité de la population. A côté de cette ressource naturelle, l'île connaît une situation dramatique de chômage. Les activités touristiques encore modestes et les difficultés des visiteurs à se rendre facilement sur l'île ne sont pas favorables à un développement systématique de l'économie locale.